• Mon séjour
Version imprimable

Current Size: 100%

Montferrand, où Simon de Montfort laissa sa trace

 

L’histoire de Montferrand remonte à la période gallo-romaine. Imaginons les cathares qui voient les vestiges de la voie romaine avant de trépasser au pied du château sous le fil de l’épée.

 

Encore une bataille dans l’histoire du Lauragais cathare

 

Au printemps 1211, Simon de Montfort se replie sur Toulouse, en compagnie de ses plus fidèles chevaliers. Il commence alors une terrible chevauchée qui durera un mois et le mène sur les chemins du Lauragais. Il assiège les Casses, et jette au bucher les hérétiques qui ont refusé la conversion.

A Montferrand, nous sommes face à un Castrum situé sur une hauteur, devenue place forte médiévale, défendue par Beaudouin, frère du Comte de Toulouse.

Mais revenons au siège de Montferrand. Simon de Montfort fond sur elle avec le Comte de Châlons, nouveau croisé. 14 chevaliers résistent aux 14000 hommes de Montfort. Las, à bout de forces et de munitions, Baudouin finit par se rendre après avoir négocié sa récompense. Comment ? Simon demande une entrevue au cours de laquelle il complimente son opposant pour sa belle défense et convoque des souvenirs communs. Pour finir, il lui offre des terres importantes s'il s'engage à ne plus porter les armes contre l'Eglise et contre les Français. Il accepte et se brouille même avec son frère Comte de Toulouse. Mais, la vengeance de son frère s’abat sur lui en 1214, ayant été arrêté et conduit à Montauban, il y est pendu sur son ordre et on lui refuse l'assistance d'un prêtre.

Montferrand neutralisé, Montfort se dirige vers Avignonet qui capitule après quelques jours de siège. Les Avignonétains avaient trop attendu l'aide du comte de Toulouse et craignaient la vengeance des Croisés.