• Mon séjour
Version imprimable

Current Size: 100%

Projet et Construction de la Voie d’Aquitaine

Un peu d'histoire
Daniel Article proposé par Daniel,

La voie Domitienne longeant la côte méditerranéenne passe par Narbonne. Sa construction est achevée au plus tard en 118 av. J.C. Les romains, voulant continuer leur conquête, envisagent de créer une voie vers Toulouse. Le projet prend du retard. Des malversations en sont une des causes. Un procès retentissant se tient à Rome en 69 av J.C.. Le collecteur de taxes douanières aurait détourné 23 millions de sesterces. Eluso , station romaine au pied de Montferrand, commune voisine d’Avignonet, est citée dans ce procès. L’empereur Auguste venu à Narbonne en -27 confie à son gendre Agrippa le développement des voies de communication en Gaule. Ce vaste programme fut terminé vers 50 ap J.C. On peut estimer la fin de la construction de la voie d’Aquitaine en 14 ap. J.C.

Il est évident que les romains ont souvent superposé leur voie à l’ancien chemin celtique, avec quelques variantes de faible modification de tracé, principalement dues à des enjambements de cours d’eau ou de zones marécageuses.

Ainsi à Avignonet, le lieu-dit Pont del Gua (vadum ; gué en latin) se situe 100 m en amont de Pompeyris, pont de pierre de la voie d’Aquitaine. A cet endroit le hérisson de la voie n’est visible que sur trois mètres. Quand on peut observer la totalité de la chaussée carrossable, généralement elle est de 6 à 7 m de large. Mais l’ensemble avec accotements peut être plus imposant, comme à l’entrée de Toulouse où il dépasserait les 30 m, en sachant qu’il avait des bandes réservées à la circulation de l’armée, des piétons, des troupeaux, ….

En zone humide de pente comme au nord de Pompeyris, on trouve de grandes dalles épaisses de plusieurs centaines de kg. Ces grandes dalles d’accotement ne sont pas des dalles de chaussée. Les grandes dalles de chaussée n’existent que dans les grandes villes.

Quelques mots sur la coupe verticale de la voie: à Avignonet, la couche de base se compose de gros blocs de pierres de 10 à 20kg formant le hérisson. Elles peuvent être agencées de champ légèrement inclinées. Ce dispositif est visible avant la limite du département de l’Aude. Au-dessus, un cailloutis égalise la surface du hérisson, et enfin une couche de gravier et de sable assure le confort et la sécurité des utilisateurs. On envisage mal des chevaux ferrés galopant sur des dalles verglacées...

 

Légende de la photo: Probable hérisson de la voie d’Aquitaine à Avignonet, 100 m avant la limite avec le département de l’Aude

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage

Derniers articles

Les curiosités
Un moulin et des hommes
Publié par William le 12 juill. 2017
Ils ont testé pour vous ...
Excursion à cheval dans la Montagne Noire
Publié par Lise le 13 juin 2017
Balades et promenades
Balade à Montgeard, sur les traces du pastel…
Publié par Damien le 20 avr. 2017