• Mon séjour
Version imprimable

Current Size: 100%

L’Obélisque de Riquet, essai chronologique du contexte historique

Un peu d'histoire
Article proposé par ,

Lieu de promenade connu depuis des temps immémoriaux , les pierres de Naurouze marquent l’entrée dans le Languedoc au coeur du sillon lauragais et sont faites de plusieurs blocs poudingue, une roche sédimentaire détritique. Elles sont porteuses de nombreuses légendes dont celles de Pierre Paul Riquet y concevant le système d’alimentation en eaux du Canal Royal du Languedoc.

Entre 1825 et 1827, ces pierres vont devenir le socle d’un des monuments à la gloire de Riquet, par la volonté de ses descendants et la complicité d’un des ingénieurs de la « Compagnie du Canal du Midi », Jean-Polycarpe Maguès.

 

Sous la Révolution, le Canal Royal de Languedoc avait été rebaptisé Canal du Midi. Les 22/28éme de parts possédées par les descendants de Pierre-Paul Riquet par héritage avaient été confisquées au Comte Riquet de Caraman lorsqu’il avait émigré, et versées dans le domaine public. Or, ce Lieutenant général des armées du Roi et de la province de Languedoc, avait administré le Canal pendant près de quarante ans, s’efforçant de continuer à le faire prospérer à la suite de ses aïeux.

Les autres descendants contemporains, les Riquet de Bonrepos avaient toujours ses 6/28ème des parts dont ils encaissaient des revenus sans être associés à la gouvernance du Canal.

 

La loi du 23 décembre 1809 avait privatisé la Canal et transformé les parts séquestrées en 1 000 actions.

Par le décret du 10 mars 1810, la « Compagnie du Canal du Midi » avait été créée ainsi qu’une nouvelle administration avec une Assemblée générale des 100 plus gros actionnaires dont 5 membres élus composaient un Conseil Général nommant directeurs et employés.Les ingénieurs, également nommés, restent néanmoins attachés à l’administration des Ponts et Chaussées.

 

Après l’abdication de Napoléon Ier et l’instauration de la Restauration le 6 avril 1814, le Roi Louis XVIII annonce des mesures qui permettent aux familles émigrées de récupérer les biens séquestrés en 1792.

Par la loi du 5 décembre 1814, la branche Riquet de Caraman obtient la restitution des actions non aliénées par l’Empereur et le droit de récupérer celles attribuées en dotation fur et à mesure que les ayants droits disparaissent.

En 1815, ils entrent au nombre des actionnaires de la « Compagnie du Canal ».

En 1817, ils possèdent 175 actions et intègrent les instances de gouvernance, tout en renouant contact avec les employés encore en poste de l’ancienne administration.

Par l’ordonnance du 23 avril 1823 les multiples démarches de la branche de Riquet de Bonrepos aboutissent à leur réintégration dans la Compagnie et 292 actions supplémentaires sont crées à cet effet.

 

Les 2 branches sont alors en mesure de peser sur les choix du Conseil d’administration de la Compagnie :

• en mai 1823, Alexandre Lepaute, qui a des liens étroits avec la famille Riquet, est nommé administrateur du Canal. Il est apprécié des cadres de la direction toulousaine dont Raymond-Francois Gorse, directeur adjoint. Mr Gorse a pour bras droit Jean-Polycarpe Maguès, ingénieur ordinaire de 1ère classe dès 1805, médaillé en juillet 1814 pour avoir participé à la sauvegarde des intérêts de la Compagnie pendant la bataille de Toulouse, il est porteur des valeurs de l’administration mise en place au temps des Riquet.

• Le 24 février 1824, le Comte Riquet de Caraman obtient du Directeur général des Ponts et Chaussées la nomination de Maguès au poste d’Ingénieur en chef de 2nde classe.

 

Or depuis quelque temps, les Riquet ont entrepris une campagne de glorification de leur aïeul.

En 1804, un ouvrage d’un descendant de François Andréossy, l’ingénieur de Riquet, lui conteste la paternité de la conception et de la réalisation du Canal.

• en 1805, ils écrivent un ouvrage qui fonde en partie la légende de Riquet : on y voit l’homme de gabelle développer aux commissaires et experts envoyés par le Roi et les Etats du Languedoc, le plan qu’il a formé pour conduire les eaux au point de partage.

 

• ils associent aussi leurs efforts pour faire ériger, en plus des statues de Toulouse et de Béziers, un monument à Naurouze, qu’ils commanditent à l’ingénieur JP Maguès, également associé ordinaire à l’académie des Sciences, Inscription et Belles Lettres de Toulouse.

 

«…..réunis sur le sol natal après les orages de la révolution, les descendants de Riquet crurent enfin devoir réaliser le vœu qu’ils avait formé depuis si longtemps et qui jusqu’alors était resté sans exécution » Comte de Caraman

 

Les pierres de Naurouze sont le lieu idéal car ce promontoire, connu et vu de tous, est situé sur le site symbolique de la jonction système alimentaire / canal de navigation, « où les eaues se despartent prenant leur chemin devers Thoulouse & devers Carcassonne. »

 

Le programme architectural pour un monument imposant, est établi comme suit sur le terrain cédé par Mesdemoisselles d’Ormières de Lastouzeilles :

• les pierres seront ceintes d’une muraille circulaire de 50m de diamètre avec une seule entrée

• une allée plantée d’arbres et un jeu d’escaliers pour y conduire par paliers successifs (un parnasse)

• un poste de gardien avec logement sera créé pour la visite et l’entretien

• un piédestal surmonté de bas reliefs et inscriptions concernant l’histoire du canal sera le socle d'une colonne de 20m supportant la statue de Riquet : on retrouve le personnage du frontispice du livre, carte à la main, qui signifie par l’écartement de ses bras, le partage des eaux.

 

En 1825, de retour d'un congé d’études en Grande-Bretagne, accompagné du marquis d’Avessens, (descendant de Riquet, branche de Bonrepos), l'ingénieur Maguès modifie ce projet en faveur d’un obélisque, probablement inspiré du monument croqué à Dublin érigé à la gloire du Duc de Wellington et de ses victoires dont la bataille de Toulouse (avril 1814).

NB : la suspension des hostilités mettant fin à la guerre d’Espagne aurait été signée en avril 1814 à Naurouze dans la maison de l’Ingénieur, à cette époque, Auguste Lespinasse.

 

La première pierre est posée le 9 octobre 1825 et donne lieu à une cérémonie officielle, avec une maquette de bois: fanfare, messe et bénédiction devant une foule nombreuse, frappe de médailles commémoratives ainsi qu'un repas des officiels dans la maison de l'Ingénieur, avec déclamation de textes à la gloire de Riquet.

 

La construction prendra presque 2 ans pour établir l'ensemble visible aujourd'hui:

§ une maison de garde, une allée, un parnasse et une enceinte comme prévu

§ un piédestal de 4m mouluré et orné de 2 bas reliefs allégoriques du sculpteur François-Frédéric Lemot, premier grand prix de Rome en 1790 :

- au NO les armes et le médaillon de Riquet, soutenu par Minerve (sagesse) et Mercure (commerce)

-au SE, une nymphe (la Montagne Noire) verse l’eau dans une urne alimentant la Rigole de la Plaine. La division en 2 courants symbolise le partage des eaux vers l’Océan (Neptune) et la Méditerranée (Vénus).

La famille Riquet est citée dans 2 éléments décoratifs:

- au SO, gravé dans le marbre, au centre « A Pierre-Paul de Riquet » et précisé en bas à droite «érigé sous la direction de JP Maguès et la surveillance d’A. Lespinasse ».

- au NE, une plaque de cuivre cite les descendants contributeurs.

§ une obélisque de 16m en pierre de Villegly, au corps quadrangulaire s’amincissant.

 

Le pyramidion coiffant la colonne sera posé en août 1927, finalisant le monument.

 

Bibliographie

• Jean-Polycarpe et Urbain Maguès, deux ingénieurs au service du Canal du Midi, Samuel Vannier (association des amis des archives de la Haute Garonne, avril 2015).

• Canal du Midi secret, Axelle Raynaud, (Nouvelles Presses du Languedoc)

• Aux sources du Canal du Midi, son système d’alimentation (Patrimoines Midi-Pyrénées)

 

Pour plus de détails, le monument se visite aux Journées Européennes du patrimoine avec des animateurs de l’association Patrimoine et Culture de Montferrand.

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage

Derniers articles

Les curiosités
Un moulin et des hommes
Publié par William le 12 juill. 2017
Ils ont testé pour vous ...
Excursion à cheval dans la Montagne Noire
Publié par Lise le 13 juin 2017
Balades et promenades
Balade à Montgeard, sur les traces du pastel…
Publié par Damien le 20 avr. 2017